Depuis peu, est apparu au sein de notre spécialité, le concept de restauration vulvovaginale esthétique et fonctionnelle, nouveau pôle d’activité de gynécologie esthétique destiné à améliorer le bien être intime et la qualité de vie des femmes quel que soit leur âge.

 

Il comprend un versant purement esthétique intime (plastie vulvaire d’augmentation des grandes lèvres, nymphoplastie de réduction, lipostructure du mont de Vénus) et un versant fonctionnel grâce au développement de nouvelles solutions techniques (laser, injection d’acide hyaluronique) qui améliorent de manière fonctionnelle la santé vaginale et sexuelle.

 

De part mon activité de chirurgie cancérologique, je suis confrontée à des patientes encore jeunes qui, après traitement chimiothérapique d’un cancer du sein, se retrouvent en situation de ménopause et souffrent du Syndrome Génito Urinaire de la ménopause (SGU), pour lesquelles il n’y avait aucune perspective thérapeutique efficace puisque les traitements hormonaux oestrogéniques leur sont formellement contre indiqués.

 

D’où mon intérêt pour le concept de rajeunissement vaginal par laser, auquel je me suis formée.

Qu'est-ce que le SGU le Syndrome Génito Urinaire ?

Le Syndrome Génito Urinaire (SGU) est dû à la baisse des œstrogènes-endogènes en rapport avec la ménopause naturelle ou en cas de ménopause induite par l'ablation des ovaires ou après chimiothérapie ou radiothérapie pelvienne altérant la fonction ovarienne.

 

Les symptômes qui posent problème sont principalement la sécheresse vaginale (avec irritation, brûlures, démangeaisons et saignements lors des rapports sexuels), les troubles sexuels (diminution du désir, de l'orgasme, diminution de la lubrification) et les troubles urinaires (inconfort vésical pouvant aller jusqu'à l'incontinence urinaire).

 

Du fait de la diminution des oestrogènes, l’activité des fibroblastes de la muqueuse vaginale baisse et ils ne produisent plus la quantité nécessaire de collagène, de protéoglycanes et d’acide hyaluronique nécessaires pour maintenir une structure matricielle adéquate indispensable pour une hydratation correcte du tissu conjonctif. La muqueuse vaginale est sèche, moins nourrie et par conséquent plus fragile et sensible aux infections par diminution des lactobacilles vaginaux et augmentation du PH vaginal au-delà de 5, d’où la colonisation par des germes pathogènes avec à minima « de mauvaises odeurs ».

 

Ces symptômes sont présents 4 à 5 ans après le début de la ménopause et seulement 25 % des femmes demandent de l’aide.

 

Le meilleur traitement jusqu’à présent (lorsqu'il n'est pas contre indiqué comme en cas d'antécédent de cancer hormonodépendant) restait le traitement hormonal de la ménopause (THM) associé aux œstrogènes locaux (ovules, crèmes et anneau) ou les hydratants longue durée à base d'acide hyaluronique, à poursuivre en continu.

 

Une nouvelle solution thérapeutique est apparue depuis 2013 avec le laser CO2 fractionné MonaLisa Touch® de Deka, premier système laser spécialement conçu pour le remodelage vulvovaginal. Il s'agit d'une procédure d’avant-garde mise au point par DEKA et connue dans le monde entier.

Rajeunissement vaginal au laser : traitement du Syndrome Génito Urinaire (SGU)