L'hystérectomie consiste en l'ablation chirurgicale de l'utérus. Elle peut comporter l'ablation du col de l'utérus : il s'agit alors d'une hystérectomie totale.

 

Lorsque le col de l'utérus est conservé, on parle alors d'une hystérectomie subtotale, elle est plus souvent effectuée par coelioscopie et nécessite un morcellement de l’utérus grâce à un appareillage spécifique (Morcellateur) dont nous disposons à la clinique de l’Yvette et la durée opératoire est plus longue.

Schéma anatomique de l'utérus
Schéma anatomique de l'utérus

Selon les cas, il peut être nécessaire de réaliser l'ablation des ovaires et des trompes, l'intervention est dénommée dans ce cas hystérectomie avec annexectomie. Si on conserve les ovaires et les trompes on parle alors d'une hystérectomie inter-annexielle.

Quand a-t-on besoin d'une hystérectomie ?

Les fibromes (à l’origine de saignements et pesanteur pelvienne) sont aujourd'hui la cause de la majorité des hystérectomies réalisées après échec des traitements médicamenteux ou des traitements chirurgicaux conservateurs (myomectomies par hysteroscopie ou par laparotomie).

 

Image anatomique des fibromes (prochainement disponible).

 

Les autres raisons qui peuvent faire pratiquer une hystérectomie sont : les douleurs pelviennes, l'adénomyose, l'endométriose, certaines descentes d'organes, certaines maladies précancéreuses de l'utérus, et enfin le cancer de l’uterus et des ovaires.

 

Film sur l’hysterectomie (prochainement disponible).

 

L'hystérectomie par voie vaginale est une intervention courante et bien réglée dont le déroulement est simple dans la majorité des cas, le mode opératoire peut être modifié (ouverture de l’abdomen) en cours d’intervention selon les difficultés constatées.

 

Mais comme toute chirurgie, cette intervention peut comporter très exceptionnellement un risque vital ou de séquelles graves, des lésions d'organes de voisinage de l'utérus peuvent se produire de manière exceptionnelle : blessure intestinale, des voies urinaires ou des vaisseaux sanguins, nécessitant une prise en charge chirurgicale spécifique (transfusion sanguine ou de produits dérivés du sang en cas d’hémorragie grave).

Après la chirurgie

Vous bénéficierez d'une prise en charge complète de la douleur aussi bien pendant qu'après, gérée de manière conjointe avec nos anesthésistes. Un traitement anticoagulant associé au port de bas de contention, sera prescrit en prévention des phlébites et des embolies pulmonaires. La sonde urinaire et la mèche vaginale seront retirées dès le lendemain et l’alimentation sera possible dès le soir même ou le lendemain.

Suites d'une hystérectomie

La principale manifestation après une hystérectomie sera l'absence de règles et l'absence de possibilité de grossesse.

 

Si les ovaires sont laissés en place, leur fonction persistera jusqu'à la ménopause naturelle. Vous n'aurez ni bouffées de chaleur, ni autres manifestations de ménopause après l'intervention.

 

Si les ovaires sont retirés, l'intervention entraîne une ménopause et vous pourrez avoir ensuite des manifestations telles que des bouffées de chaleur, prise de poids et dépression avec possibilité d'un traitement médical substitutif qui ne comportera que des estrogènes (sans progestatifs puisqu’il n’y a plus d’utérus), ainsi il est mieux toléré et moins dangereux.

 

La sexualité après hystérectomie n’est pas modifiée, souvent il y a une amélioration de la qualité de la vie sexuelle, il faudra toutefois attendre la visite postopératoire à 1 mois pour reprendre une activité sexuelle vaginale.

L'hystérectomie par le Dr Manciet gynécologue à Longjumeau (91)